Bourse & Finance

La Bourse de Paris en confiance, malgré le non au référendum italien

Malgré les résultats du référendum en Italie, la Bourse de Paris a résisté et a affiché une progression le lundi en mi-journée de +1,17% et a failli d’ailleurs frôler son niveau le plus haut jamais atteint en une année, rassurant les investisseurs malgré le non du vote italien et l’annonce de la démission du Premier ministre.

Aux environs de 12h 08, le CAC 40 passait de 52,97 points à 4.581,79 points, dans un volume d’échanges de 1,3 milliard d’euros. Vendredi, la Bourse de Paris avait clôturé en baisse de 0,70%.

Après une ouverture en recul, le titre de la bourse s’est aussitôt redressée jusqu’à atteindre son record de l’année.

« L’Italie passe par une période d’ambiguïté au niveau politique, certainement plus longue que prévue, mais les marchés veulent se concentrer sur les échéances à venir» remarquent dans un communiqué, les analystes de Barclays Bourse.

Matteo Renzi, le Président du conseil italien a déposer sa démission lundi après-midi après avoir vécu un échec cuisant au référendum, promettant une période de doute par manque de solutions claires.

« Les investisseurs vont également attendre les résultats de la réunion de politique monétaire de la BCE qui seront publiés jeudi », expliquent les spécialistes en stratégie Aurel BCG.

Dans une situation agitée au niveau politique, les investisseurs ne prenaient pas en compte les indicateurs du jour, comme le ralentissement de l’évolution de l’activité du domaine privé en France en novembre, d’après l’indice PMI du cabinet Markit.

En Angleterre, l’activité dans le secteur des services, une croissance non négligeable a été notée en novembre, conseillant que l’activité économique reste solide globalement en cette fin d’année nonobstant les incertitudes concernant le Brexit.

Dans la zone euro, les ventes en détail, ont connu une croissance au mois d’octobre. Quant aux valeurs, Amundi a bénéficié de la réunion exceptionnelle portant sur les discussions avec la banque italienne UniCredit pour l’achat de Pionner Investment.

Mais dans la journée, les valeurs bancaires ont vite fait de se redresser de façon légère après une ouverture en léger recul avec BNP Paribas qui gagnait 1,26% à 55,28 euros, Crédit Agricole récupérant de son côté 1,46% à 10,76 euros et Société Générale qui passait de 1,12% à 40,66 euros.

Article précèdentArticle suivant
Sophie
L'économie est ma passion comme le football l'est pour de (nombreux ?) hommes !