Le Mée-sur-Seine : La maison de santé est entrée en grève suite à des problème de connexion

La maison médicale universitaire du Mére-sur-Seine a du mal à travailler quand elle n’a pas internet ou quand interne fonctionne anormalement. D’ailleurs, elle est confrontée à ce problème depuis qu’elle a été ouverte en avril.

Cela est dû au fait que la fibre optique n’est pas encore installée. De plus, les outils pour combler ce manque qui ont été utilisés peinent à remplir les conditions. Et face à ses difficultés, la maison a du fermé ses portes en septembre du mois au début du mois.

200 signatures.

« Notre logiciel médical créé pour notre institution de santé se trouve à l’extérieur et est hébergé sur Internet. Pour fonctionner, il demande beaucoup plus de puissance » détaille le Dr Piot, médecin et chef de pôle du site. Mais à la place de la fibre optique, on peut opter pour la connexion internet par Wifi avec trois modems 4 G que les médecins louent à 55 € à l’unité par mois, avec en plus, les deux autres offerts que le fournisseur du logiciel leur a donné. Il en faut aussi pour les secrétaires qui a un débit assez faible. « Tous les mois, à la fin de la semaine, elles ont besoin d’une heure pour se connecter au planning des rendez-vous. En fin de mois, pour se connecter, elles mettent trois heures ! Et nous avons du mal à gérer les personnes qui nous appellent. Vous avez certains qui sont désagréables », s’écrie le Dr Piot. Il n’est pas facile de gérer plus de 300 appels par jours. Les médecins de leur côté rencontrent de difficultés, « pour accéder au dossier médical d’un malade qui se plante, car il est impossible d’accéder au réseau ne permettant pas le travail en équipe ».

Indexé, l’opérateur Orange, a indiqué qu’il discute avec le service Habitat et Rénovation Urbaine de l’agglomération du Mée-sur-Seine depuis le mois d’avril.

« Orange a rencontré des difficultés pour joindre « le véritable gestionnaire de l’immeuble concernant la convention qu’on a obtenu qu’en juillet, comme le bâtiment appartient à la Marie et « MSPU LE MEE SUR SEINE » est l’institution médicale.

Ce n’est que le 5 juillet que la convention a été signée. Depuis, ce désagrément, une pétition a été déposée à l’accueil de l’institution et celle-ci compte déjà 200 signatures. Et une étude a été validée le 22 août La fibre optique devrait être installée sur les lieux à partir du 16 octobre 2016 après que l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes « Arcep » ait donné son autorisation.

Internet : Opera Software racheté par un fonds chinois pour 1,2 milliard de dollars

A travers le fonds Golden Brick, les groupes chinois Kulun Tech et Qihoo ambitionnent racheter la totalité du capital du norvégien Opera Software, éditeur de navigateur Internet.

Depuis de nombreuses semaines, les spécialistes se posaient des questions sur le futur d‘Opera Software. Et depuis ce matin cette entreprise qui a été fondée au milieu des années 90 et principalement célèbre pour avoir développé des navigateurs Internet va passer aux mains des chinois.

Dans un communiqué rendu public ce matin à Oslo, en fait, la société précise qu’un fonds chinois, appelé Golden Brick lui a proposé 10,5 milliards de couronnes soit 1,2 milliard de dollars par un. Le conseil d’administration d’Opera Software a absolument appuyé l’offre qui, à 71 couronnes par action, symbolise une prime de 56% sur le cours moyen des 30 derniers jours.

Ce fonds est en fait appuyé par deux entreprises chinoises de l’Internet. C’est-à-dire, le groupe Kunlun Tech, l’un des plus importants concepteurs et opérateurs de jeux en ligne de Chine et qui est dernièrement devenu majoritaire dans le capital du site de rencontres homosexuel Grindr. D’autre part Qihoo 360, préférablement célèbre pour avoir développé des logiciels de sécurité et d’anti-virus.

Éditeur de navigateur Web et d’autres activités

Cette acquisition est l’ergote de plusieurs mois d’inconnu. La société norvégienne avait en fait annoncé en août 2015 qu’elle examinait des offres de rachat parmi lesquelles, on avait l’américain AOL.

Après avoir connu du succès dans les années 90, Opera Software rencontrait des difficultés depuis longtemps pour conserver son rang devant des concurrents comme Firefox, Chrome ou encore Internet Explorer.

En rachetant Opera Software, les investisseurs chinois ne s’arrêtent pas uniquement au fait de prendre le contrôle d’un éditeur de navigateur Web. La société, qui contrôle et développe le navigateur éponyme Opera et gère aussi des navigateurs Web des consoles de jeu Nintendo DS et Wii, a aussi développé des activités moins éprouvées dans le marché de la publicité en ligne mais également dans la sécurité.

Après Google, la Fondation Mozilla sera-t-elle dépendante de Yahoo ?

Firefox vient dévoiler ses résultats financiers pour l’année 2014. En effet, la fondation est d’avantage dépendante de Google, alors qu’elle a signé des accords avec Yahoo. L’année 2015 pour être marquée par un changement pour la fondation, mais les choses seront clarifiées d’ici novembre 2016.

La croissance du chiffre d’affaire notée par la Fondation Mozilla pour 2014 qui est de 329 millions de dollars, alors qu’en 2013 elle était de 314 millions en 2013 et 311 millions en 2012. Cependant, en 2014, comme en 2013, les dépenses ont décollé plus rapidement que les revenus, de 7,6%, pour atteindre 318 millions de dollars. Une situation qui pourrait être inquiétante si elle n’est pas rapidement maitrisée.
Mais le plus important pour Mozilla est de dépendre moins dépendant des revenus créés par Google. En novembre 2014, la fondation avait annoncé qu’elle va quitter Google pour travailler avec Yahoo pour les recherches intégrées aux Etats-Unis, dès le mois de décembre 2014.

Suite à un écart important dans la publication de ses résultats financiers, il est cependant difficile de remarquer un changement pour l’instant. Les 296 millions de dollars sont créés par Google compte pour 11 des douze mois, alors que Yahoo ne s’intéresse pas vraiment aux derniers mois de l’année 2014 et on se demande encore si elle s’intéresse ceux des Etats-Unis.

Avis Investocopy

Investcopy est une plateforme de trading social créée spécialement pour les novices. Si vous désirez gagner gros sans perdre le temps d’apprendre tous les tenants et aboutissants du trading, elle est faite pour vous ! Le principe développé ici est de suivre les traces de traders chevronnés et de vous inspirer de leurs positions. Voici une façon bien plus accessible pour vous lancer dans l’option binaire !

Notre avis sur la plateforme Investcopy

Rejoindre cette plateforme est des plus enfantin. En effet votre compte est créé en un instant et gratuitement.
Son interface épurée, design et tendance met très efficacement en valeur les informations essentielles à votre lancement dans l’univers des traders.

bpi_mains_defense371Vous aurez directement accès à un tableau comprenant le top des meilleurs traders du moment ainsi que leurs performances, le nombre de personnes qui les suivent et leur ratio et gains.
Vous pouvez choisir de consulter chaque profil ou bien de copier directement celui de votre choix. Nous vous conseillerons tout de même d’étudier un peu les profils avant de vous lancer, cela serait bien plus raisonnable.
Si vous jouez la sureté et consultez tout d’abord le profil qui vous intéresse, vous verrez s’il copie souvent d’autres trades ou s’il fait ses choix lui même et quel est son pourcentage de prise de risque. Optez plutôt pour quelqu’un qui a une part de trades manuels importante et peu de pourcentage de prise de risque. Vous pouvez également savoir quels auraient été vos gains si vous l’aviez suivi une dizaine de jour avec l’investissement que vous renseignerez.

Vous verrez également sur la page d’accueil :

  • Vos statistiques dont vos fond, vos gains, vos positions et les investissements en cours. Vous pouvez ainsi juger de votre efficacité en un clin d’oeil.
  • Une salle de trading si vous préférez trader sans copier. Pour éviter toute surprise désagréable nous vous conseillons cet onglet uniquement si avez déjà une certaine expérience.
  • Un système de rémunération en crédit de copie mis en place automatiquement. Chacun a une valeur de 0,10€. Vous les obtiendrez en :
    – créant un compte,
    – changeant votre nom d’utilisateur,
    – copiant votre premier trade,
    – en étant copié vous même par d’autres traders,
    – etc…

Il vous est également possible d’en acquérir en achetant des packs de 750, 2000 ou 10 000 crédits.

Ce sont ces crédits que vous utiliserez pour pouvoir copier des trades, ils vous serviront à rémunérer le trader que vous aurez copié. Sa rémunération équivaut à 3% de ce qu’il vous a fait gagner.

Attention votre compte crédits ne correspond pas à votre compte de fonds en euros, ce sont deux choses bien distinctes ne les confondez pas !

En bref, si vous voulez vous lancer dans le trading, n’hésitez pas à rejoindre cette plateforme, elle est facile d’accès et très complète. Elle vous accompagnera efficacement cela ne fait aucun doute !

Pour vous inscrire, rien de plus simple : rendez-vous à cette adresse : http://investocopy.com

Un homme demande à Kickstarter 20,000 $ et obtient plus de 9 Millions

veste-BAUBAX-kickstarter_1-620x330Il s’agit de l’une des campagnes les plus réussies dans l’histoire de Kickstarter.

Un jeune entrepreneur de 29 ans installé à Chicago qui cherchait à obtenir 20.000 $ de financement à travers « Kickstarter », une entreprise américaine de financement participatif, afin de créer une sorte de veste de voyage à gadgets, a finalement obtenu plus que ce qu’il attendait : 9,17 millions de dollars de plus, pour être exact.

En effet, Hiral Sanghavi se donnait une marge de 58 jours pour obtenir le financement de sa veste multifonctionnelle, celle-ci étant équipée d’un coussin de voyage gonflable intégré, un masque pour les yeux ainsi qu’une poche spéciale chargeur téléphone. Il ne lui a finalement fallu que sept heures seulement pour obtenir gain de cause et sa collecte de fonds en ligne est maintenant devenue la quatrième collecte la plus réussie dans l’histoire de Kickstarter.

Le jeune homme avait eu l’idée de son invention alors qu’il était constamment en voyage pour aller voir sa femme. « Elle travaille sur la côte Ouest alors que j’étudie à l’Illinois à l’université de Northwestern afin d’obtenir un MBA en management. » a-t-il déclaré à CNN Money. « Il s’agit d’un long vol et j’avais oublié de prendre mon coussin gonflable de voyage ou d’en acheter un à l’aéroport. » a-t-il ajouté, ce qui incita sa femme, designer de métier, de suggérer une veste avec un coussin intégré.

Hiral Sanghavi a maintenant fait appel à quatre fabricants afin de créer quatre styles différents de la veste et va commencer la vente en ligne via sa société « Baubax » basée à San Francisco. Il a également décidé de mettre ses études entre parenthèses afin de se concentrer sur sa société, et espère mettre en vente ses produits dans les magasins de détail en 2016.