Economie

LCI risquerait d’être gratuite qu’au printemps

LCI pourrait ne pas être accessible sur la TNT gratuite avant mars, ou avril. Les pourparlers sont difficiles entre le CSA et la chaîne risquant de s’étendre au-delà de ce qui était précédemment envisagé. « Ces travaux sont très denses », a admis Olivier Schrameck, président du CSA, lors de la cérémonie des vœux de l’institution, jeudi 21 janvier. Et de poursuivre en indiquant que : « Je pense la signature de la nouvelle convention peut avoir lieu à la fin mars. »

Cette dernière convention doit prendre en compte tous les engagements adoptés par LCI pour ne pas faire concurrence de façon agressive aux rivales gratuites comme BFM-TV et i-Télé. Le fait de migrer en gratuit a été donné à LCI en échange de la promesse que la chaîne ne fragilise pas d’avantage le marché: le CSA veut écrire une convention qui affirme fortement le respect de cette promesse.

Le passage de LCI en gratuit très discuté

Une exigence assez importante au point où la migration en gratuit de LCI reste contredite. Le Conseil d’Etat doit étudier, le 5 février, le référé créé par le groupe NextRadioTV, à qui appartient BFM-TV, avant un avis sur le fond qui doit intervenir dans les mois prochains. A ce moment, le CSA, mais également le groupe TF1, doivent s’assurer que la convention signée respecte les engagements adoptés par le groupe, surtout le fait de réduire la part des journaux dans sa grille et d’éviter les couplages publicitaires ou les promotions croisées.

Le respecte des engagements avant de commencer

Cette contrainte juridique indique aussi pourquoi il est impossible, pour le CSA, que LCI commence à travailler en gratuit avant d’avoir pratiquement mis en application de ses engagements. L’approche précédente de TF1 était en fait de quitter la TNT payante avant la fin janvier, et de modifier progressivement l’image de sa chaîne d’information pour qu’en en septembre, elle respecte les engagements signés devant le CSA.
Or, selon l’aspect juridique, une LCI qui va commencer à émettre en gratuit avant d’avoir totalement respecté ces engagements risque de voir le renforcement des arguments d’Alain Weill, le actionnaire de NextRadioTV.

Article précèdentArticle suivant
Sophie
L'économie est ma passion comme le football l'est pour de (nombreux ?) hommes !